SUD Autoroutes

Forum / Base de données de l'union syndicale SUD Autoroutes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un délégué syndical SUD dans la ligne de mire d’Apple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 338
Date d'inscription : 20/04/2013

MessageSujet: Un délégué syndical SUD dans la ligne de mire d’Apple   Lun 20 Mai - 10:31

Un employé d’ Apple, militant SUD, est menacé de sanctions pour avoir travaillé 
vingt minutes de trop.

Vingt minutes de travail en trop. Tel est le motif de l’entretien préalable au licenciement auquel a été convoqué lundi Thomas Bordage, vendeur à l’Apple Store d’Opéra, à Paris, et militant syndical SUD. L’accusation paraît d’autant plus absurde que, selon lui, terminer son travail plus tard que prévu est une pratique habituelle dans l’entreprise. « Il est tout à fait fréquent qu’un employé déborde sur ses horaires de travail. Interpeller ainsi un salarié, sans avertissement ni discussion préalable, est vraiment inédit », explique-t-il.

Pour lui, ce reproche incongru et l’hostilité de la direction sont directement liés à ses activités militantes. En septembre dernier, il a été désigné délégué syndical SUD et a été à l’initiative d’une grève contre la dégradation des conditions de travail chez Apple. Une mobilisation qui n’a pas été massive, mais très médiatisée. Par la suite, le syndicat SUD a mené une action en justice contre le travail de nuit, qui a débouché à la mi-mars sur un jugement du tribunal de grande instance de Paris interdisant le travail de salariés après 21 heures dans sept filiales de la firme. « Apple n’a pas digéré ce jugement, la convocation de Thomas Bordage à l’entretien est clairement une mesure de rétorsion », estime Laurent Degousée, de SUD commerce, qui rappelle qu’un autre syndiqué SUD a déjà été convoqué à un entretien préalable au licenciement, sans suite.

En deux ans, les effectifs d’Apple en France sont passés de 500 à 1 500 salariés, et le nombre de magasins de quatre à une vingtaine, selon SUD. « Chez Apple, il n’y a aucune information qui circule et personne n’est disponible pour parler des problèmes dénoncés », explique Thomas Bordage, qui regrette le manque de communication et décrit un climat d’entreprise « oppressant » et peu propice à la négociation. « En tant que syndicalistes, nous sommes vus comme les bêtes noires de l’entreprise », poursuit-il. À la suite d’une action en justice de la direction, il a perdu son mandat de délégué syndical mais reste salarié protégé car il est par ailleurs conseiller du salarié, assistant bénévolement les personnes menacées de licenciement dans les entreprises où il n’y a pas de délégués. Si Apple voulait le licencier, elle devrait donc demander l’autorisation à l’inspection du travail.

Les militants de SUD soutiennent pleinement la cause de leur représentant. Dans un tract distribué par des salariés à l’entrée du magasin parisien peu avant l’entretien de M. Bordage, ce syndicat estime que « si l’idée saugrenue de licencier (leur) camarade » était envisagée par la direction, elle s’exposerait à un « conflit inédit ».

Une occasion de lever le voile sur les tristes revers de la prestigieuse marque à la pomme.

Source : L'Humanité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sud-asf-brive.com
 
Un délégué syndical SUD dans la ligne de mire d’Apple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Investir dans l'agriculture bio.
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )
» 14-18 les bûcherons Canadiens dans l'Orne.
» La d&co dans tous ses états...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUD Autoroutes :: SUD Autoroutes :: Libre expression :: Le syndicalisme / le social-
Sauter vers: